Actualités

Camille Aboli, Directeur Général du groupe MAEEVA INTER « Notre métier, la location et la vente de véhicules »

img_0104.JPG

Le GROUPE MAEEVA INTER est une société spécialisée dans la location de véhicules, située à Cocody Angré  8ème tranche, face à la CIE. M. Aboli Camille, le Directeur Général, du Groupe Maeva Inter nous plonge dans l’univers de la location de véhicules, dans cette interview qu’il nous a accordée. 


Présentez vous et votre structure

Je suis Aboli Camille. Avant que nous soyons ici, j’ai travaillé dans une structure du nom deLESSAC. C’était un groupe qui faisait de la restauration, de la location, et possédait un bar Karaoké. Pendant la crise, nos véhicules ont volés. Ce qui nous a obligé à arrêter nos activités. Nous avons repris parce que nous disposons d’un portefeuille clients intéressant. Mes collaborateurs et moi avons réfléchi et décidé de monter cette structure dont le nom est le Groupe Maeeva Inter. Maeeva représente les initiales des prénoms de  mes quatre enfants : Marie, Alex, Eveline et Emeraude. Inter parce que nous avons de grandes ambitions. La structure fonctionne depuis un an. Nous nous sommes installés pour faire plus sérieux, à la huitième tranche, en face de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité CIE. Notre effectif se compose de trois permanents. Le Directeur général que je suis, le responsable commercial et son adjoint. Nous disposons également de chauffeurs pour les véhicules. Notre parc se compose de huit véhicules : trois  Peugeot 406, trois véhicules 4x4 à double cabine, une fourgonnette berlingo. Nous avons un land Cruiser qui est actuellement au port d’Abidjan en phase de dédouanement.

Quelles sont les prestations que vous faîtes, après la location ?

Nous ne faisons que de la location pour le moment.

Comment se portent vos activités après la crise postélectorale

La location de véhicules évolue en fonction de la situation socio politique. Vous êtes d’accord avec moi que si j’ai envie d’aller investir, louer un véhicule pour  Bouaké et qu’il y’a des bruits de bottes, je m’abstiendrais. Après la crise, les affaires ont connu une embelli mais avec les récentes attaques, les activités tournent au ralenti.

Qu’est ce qui fait la différence entre votre structure et les autres agences de location de véhicules ?

Je pense que les autres sont mieux placés pour nous juger. Mais Nous sommes assez sérieux. Nous n’avons pas tous les véhicules. Lorsque  vous nous demandez vingt véhicules et que nous ne pouvons pas tous vous les fournir, nous sollicitons nos partenaires. Au terme de la location, nous restituer les véhicules empruntés et payons correctement ce que nous devons.  A la différence de certaines structures de location qui prennent des véhicules de location, ou des véhicules de particuliers, mais qui en retour font des difficultés pour payer.

Quels sont vos projets pour votre entreprise, allez-vous rester toujours dans la location ?

Nous allons faire de la vente de véhicules. En plus de la location des véhicules à double cabine, nous allons nous lancer dans la location  de gros engins, en partenariat avec les planteurs d’hévéas. Nous allons aussi faire de la billetterie, c’est-à-dire, l’organisation de tout ce qui touche au voyage : réservation de billet d’avion, réservation d’hôtel. Pour  quelqu’un qui a déjà entendu parler de nous à l’étranger et qui nous contacte, nous allons le chercher à l’aéroport. Ensuite nous le conduisons à  sa chambre d’hôtel et nous lui faisons visiter des sites touristiques. Nous voulons être le leader dans ce domaine.

Parlez-nous du coût de vos prestations

En ce qui concerne la location de véhicules, il ne faut pas fixer des prix exorbitants, au risque de voir les clients partir ailleurs.  Néanmoins, nos prix tiennent cependant compte de la qualité des services que nous offrons. Ils varient en fonction de la demande. Il y a un tarif pour les particulier, les entreprises, les clients fidèles, etc. Le coût de la location prend en compte le nombre de jours. Si vous sollicitez un véhicules plusieurs jours, vous avez droit à une réduction. Pour les véhicules de type  4x4, les tarifs oscillent entre 60 000 F CFA et 80 000 F CFA.

Les tarifs  pour un véhicule de marque Peugeot 406, vont de 30 000F CFA  à 50 000 F CFA.

Nous faisons aussi  de la location pour un jour avec obligation de prendre un chauffeur. Cela en raison de la situation du pays. Auparavant, ce n’était pas le cas. Nous faisons de la location à Abidjan, à l’intérieur du pays, et même dans la sous région : Ghana, Togo, etc.

Avez-vous un message à lancer à l’endroit de la clientèle ?

Nous sommes une structure assez sérieuse. Les clients peuvent nous faire confiance.  Ils seront satisfaits.

Yacouba Korbéogo (Président des tuteurs-marchands de bétail en Côte d’Ivoire):«Nous sommes inquiets…»

dsc02794.JPG

A quelques jours de la fête de la Tabaski 2012 et en prélude aux fêtes de fin d’année, Côte d’Ivoire Artisanat et PME est allé à la rencontre de M. Yacouba Korbéogo, président des tuteurs-marchands de bétail de Côte d’Ivoire. Il nous parle de  la corporation, des rapports avec le ministère du Commerce et de l’approvisionnement du marché ivoirien. Sans faux-fuyant, il se déclare inquiet à ce propos, en raison de l’offre des pays comme le Ghana ou le Nigeria.   

 

Pouvez- vous vous présenter à nos internautes ?

Je suis Yacouba Korbéogo, président des tuteurs-marchands de bétail en Côte d’Ivoire.

En quoi consiste votre travail ?

Notre travail consiste à recevoir les animaux venant de l’hinterland et à les mettre sur le marché, également à héberger les éleveurs qui viennent avec leurs troupeaux.

Depuis combien d’années l’association des tuteurs marchands existe-t-elle ?

L’association des tuteurs marchands existe officiellement depuis quatre (4) années. Auparavant, nos pères exerçaient ce métier de façon informel sur le site de l’actuel hôtel Ivoire puis de la gare à Treichville.

De combien de membres se compose le bureau de votre association ?

Le bureau est composé de quatre (4) vice-présidents, un Ivoirien, un Mauritanien, un Burkinabé, un Malien, un secrétaire et un commissaire au compte. Tous les pays qui commercialisent du bétail en Côte d’Ivoire y sont représentés. Sont également membres de l’association les éleveurs qui vendent leurs bêtes en Côte d’Ivoire. L’association travaille en bonne intelligence avec le président du parc et le conseil des sages qui intervient pour régler les problèmes pouvant surgir entre les éleveurs.

D’où est-ce-que vous provient le bétail et comment se fait l’approvisionnement du marché?

Nous recevons le bétail de l’extérieur, précisément du Burkina Faso, du Mali, du Niger et de la Mauritanie. Nous avons de bons contacts avec les commerçants de ces pays. Ils nous informent de leur arrivée à des dates précises. Par conséquent, nous avons le nombre exact de bêtes qui arrivent. A leur arrivée, nous nous chargeons du débarquement. Compte tenu du fait que le voyage dure deux (2) à trois (3) jours, nous attendons un (1) ou deux (2) jour(s), le temps que les bêtes reprennent des forces pour procéder à la commercialisation.

Comment se fait la prise en charge des éleveurs ?

Après qu’ils aient franchi la frontière, les éleveurs sont à notre charge pour toutes les formalités, quelque soit ce qui se passe, jusqu’à Abidjan. Nous nous chargeons de les héberger, de les nourrir et de les accompagner dans la commercialisation de leur bétail. Nous faisons un travail de courtier, ce que beaucoup de personnes ignorent au point de nous accuser de faire de la surenchère.

 dsc02817.JPG

Comment sont rétribués vos services de courtier de bétail ?

Nous percevons cinq mille (5000) francs CFA par tête sur le bétail. C’est avec cet argent que nous nous occupons de l’hébergement, de la nourriture des éleveurs ainsi que de bien d’autres choses. Lorsque les bouchers auxquels nous confions la vente d’un animal sont défaillants, c’est encore nous qui servons de garantie pour rembourser l’éleveur.

Quels sont vos rapports avec le ministère du commerce et le ministère des ressources halieutiques ?

Il existe de bons rapports entre ces deux ministères et nous. Ces ministères veulent que nous quittions l’informel pour aller vers une organisation formelle qui disposerait d’un agrément. Sur ce point, les discussions se poursuivent.

Pouvez-vous garantir l’approvisionnement du marché pour les fêtes de fin d’année ?

Nous sommes inquiets en ce qui concerne l’approvisionnement du marché ivoirien pour les fêtes. Le bétail se fait rare sur les marchés de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Il y a deux (2) ans, nous avons effectué une tournée de sensibilisation en compagnie du ministre du commerce dans la sous région, les moutons sont arrivés et n’ont pu être écoulés. Le même scenario s’est produit l’année dernière. Les éleveurs ont été contraints de vendre à perte. Tout ceci a eu pour conséquence de les décourager. Certains ne veulent plus revenir. D’autres se sont reconvertis en orpailleurs. La filière a en outre, été confrontée à la sécheresse. Au Burkina Faso aujourd’hui, la pintade se négocie à 3500 francs CFA…

Ce qui suppose une augmentation des prix en Côte d’Ivoire alors ?

Les prix ont déjà augmentés. Ce que refusent d’admettre les gens. Le kilogramme de viande se vend à l’abattoir de Port-Bouet à 2200 francs CFA. Au Burkina Faso, il coûte 2800 francs CFA.

Comment cela s’explique-t-il ?

dsc02816.JPG

Je vais vous le dire. A Bobo-Dioulasso, une ville qui compte un million d’habitants  environ, les bouchers ne peuvent pas abattre plus de cent bêtes par jour. En outre, les éleveurs préfèrent vendre leurs bétails au Ghana ou au Nigeria, où les prix pratiqués sont plus intéressant pour eux. Le kilo de viande s’y négocie entre 3000 francs CFA et 3500 francs CFA. Voilà la réalité.

Avez-vous fait des propositions à la tutelle en vue d’améliorer les choses ?

Suite à une rencontre que nous avons eu avec le ministre du commerce, le comité interministériel a pris la décision de rendre effective la fluidité routière. Cette mesure devrait impacter le prix du kilogramme de viande. Malheureusement, c’est le coût de revient de l’animal qui est cher. Une bête bien en chair coûte entre 300.000 francs CFA et 400.000 francs CFA au Burkina Faso. Ce qui n’était pas le cas avant. L’alimentation du bétail coûte cher aujourd’hui. Nous sommes obligés d’acheter la nourriture pour bétail aux Grands Moulins  d’Abidjan pour l’expédier au Burkina Faso. Ce qui ne se faisait pas.

Quelles sont vos attentes et souhaits ?

Nous souhaitons que l’Etat de Côte d’Ivoire nous écoute. Que l’Etat nous aide à promouvoir l’élevage. C’est la solution à la cherté de la viande.

Nouveau site Internet pour Côte d'Ivoire Artisanat et PME

Côte d'Ivoire Artisanat et PME se dote d'un nouveau site internet : "Côte d'Ivoire Artisanat et PME". Ce site vous permettra de découvrir l'entreprise et de rester en contact avec nous.

Ce site est actuellement en construction, mais nous travaillons activement pour que Côte d'Ivoire Artisanat et PME se dote d'un site web complet et agréable à utiliser !

Nous vous souhaitons une bonne visite sur notre site Internet

Toute l'actualité sur le blog

En plus d'un site Internet de présentation pour la société Côte d'Ivoire Artisanat et PME, nous voulons vous proposer un blog afin de partager l'actualité de l'entreprise. Ce blog, disponible directement sur le site Internet, nous permettra de communiquer avec nos clients et de parler de la société, son actualité, la vie de l'entreprise, présenter nos clients, etc.

Modifiez ou supprimez ces billets de blog en allant sur Modules puis Blog sur le manager (administration de votre site web). Poster des billets régulièrement vous permet de fidéliser votre audience et de progresser dans les moteurs de recherche comme Google.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site